• Régina

Message d'un médecin suite à ma news de juillet 2015

Lien vers ma news de juillet 2015



Oui la question de la mort est rarement abordée en consultation et elle se cache souvent sous des peurs diverses mais parfois la peur de la mort est clairement nommée. Parfois encore la souffrance de la mort d'un être cher s'exprime en mots , en "pourquoi" en "comment"... Pourquoi il a fait ça ou pourquoi tout court, comment je vais faire... et bien souvent ça vient réveiller notre propre peur de la mort, je dis "notre" car je pense que le médecin est tout aussi démuni devant cette peur fondamentale de tout vivant. L'important est de reconnaitre sa présence et de savoir qu'elle est naturelle.


Personnellement, j'essaie de la nommer dés que je sens que le patient en face de moi a besoin et peut l'entendre.

J'éprouve en moi une sorte de soulagement à pouvoir juste la nommer ou bien à dire que "la mort fait partie de la vie" afin de ne pas la laisser cachée sous une bienséance mortelle pour l'âme et à permettre au patient de dire, de raconter ce qu'il ressent ou ce qu'il a dit ou pas dit à la personne qui est partie ou qui va partir, à rassembler ses idées pour pouvoir dire ce qui est vraiment important , que ce soit avant ou après car je pense qu'il n'est jamais trop tard.


Pour être honnête, je me sens bien plus à l'aise avec l'accompagnant , celui "qui reste" car je comprends sa souffrance, sa difficulté...

Tandis que lorsqu'un patient sait qu'il va mourir, je sais l'écouter mais je ne sais pas quoi dire car sa souffrance est hors du champ connu pour moi.

Et lorsque c'est moi qui sait que ce patient là va mourir et que lui ne sait ou ne veux pas savoir, je me sens bien souvent un peu "fausse" de ne pas lui dire mais jamais ne lui ment.

S'il me pose la question, je me réfugie souvent derrière un "je ne sais pas" sans donner de faux espoirs mais sans prédiction non plus car comment savoir ce qui le concerne lui. Je peux connaitre les statistiques oui, mais chaque cas est unique et j'ai déjà vu des cas surprenants qui ont contré toutes les prédictions médicales.


Cet échange par mail avec toi (qui ose exprimer ce qui bouillonne à l'intérieur et le fait toujours dans le respect de l'autre) a été l'occasion pour moi de partager un peu mon ressenti, merci de m'avoir permis cela !


Ton blog est vraiment enrichissant, te lire m'aide à comprendre en tant que thérapeute mais aussi à me projeter en tant qu'être humain. Il touche au coeur.

#Motsdesmédecins

SI VOUS INDIQUEZ VOTRE NOM, IL SERA PUBLIE ! Vous pouvez indiquer uniquement votre prénom et mail

(Pour les commentaires écrits avant décembre 2015: les dates d'origine n'ont pas pu être reportées)